togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Rwanda : Remaniement ministériel et des services de renseignement à un mois de la présidentielle

Rwanda : Remaniement ministériel et des services de renseignement à un mois de la présidentielle

À un mois de l’élection présidentielle, le président rwandais Paul Kagame a effectué un remaniement significatif de son gouvernement, touchant plusieurs ministères clés. Ce remaniement, annoncé mercredi soir dans un communiqué du Premier ministre Édouard Ngirente, concerne notamment les Affaires étrangères, les Finances et l’Intérieur, ainsi que la nomination d’un nouveau chef du renseignement militaire.

Vincent Biruta, précédemment ministre des Affaires étrangères, a été nommé ministre de l’Intérieur. Olivier Nduhungirehe, ancien ambassadeur du Rwanda aux Pays-Bas, prend la relève de M. Biruta au poste de ministre des Affaires étrangères. Les ministères des Finances et de l’Environnement ont également vu de nouveaux responsables prendre les rênes. Notamment, Aimable Havugiyaremye a été nommé à la tête du National Intelligence and Security Services (NISS), marquant une première pour un civil à ce poste.

Lire aussi : Sénégal : Le gouvernement réduit les prix des denrées alimentaires

Paul Kagame, âgé de 66 ans, exerce un contrôle strict sur le Rwanda depuis la fin du génocide de 1994, qui a coûté la vie à au moins 800 000 personnes, principalement des Tutsis. Réélu à plusieurs reprises avec des scores dépassant les 90 %, Kagame est à nouveau candidat et est largement considéré comme le favori pour le scrutin du 15 juillet. Ses victoires précédentes ont cependant été marquées par des accusations d’irrégularités et d’intimidation de la part des organisations de défense des droits humains.

000 DV1213807 0

Sous sa direction, le Rwanda a connu un développement économique remarquable, sortant d’une situation de dévastation post-génocide. Toutefois, son régime est régulièrement critiqué pour ses atteintes à la liberté d’expression et sa répression de l’opposition.

Selon la liste provisoire publiée par la Commission nationale électorale le 6 juin, deux autres candidats ont été autorisés à se présenter contre Kagame lors des prochaines élections présidentielle et législatives. Le remaniement ministériel et la nomination de nouveaux responsables de la sécurité interviennent donc dans un contexte politique sensible, alors que le Rwanda se prépare à une nouvelle phase électorale.