togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Afrique du Sud : Un ancien braqueur de banque nommé ministre

Afrique du Sud : Un ancien braqueur de banque nommé ministre

Le mercredi, le gouvernement sud-africain a accueilli ses nouveaux ministres lors d’une cérémonie de prestation de serment, parmi lesquels un ancien braqueur de banque devenu ministre des Arts et des Sports. Les 32 ministres et 43 vice-ministres du gouvernement d’union nationale, désignés par le président Cyril Ramaphosa, ont prêté serment devant le président de la Cour suprême, Raymond Zondo, au Cap. Le vice-président Paul Mashatile a également prêté serment lors de cette occasion solennelle.

Cette nouvelle administration est le résultat d’une coalition entre sept partis différents. Le Congrès national africain détient 20 ministères, l’Alliance démocratique en a six, et le Parti de la liberté Inkatha en compte deux. Les autres partis représentés sont GOOD, le Front de la liberté plus, l’Alliance patriotique (PA) et le Congrès panafricain d’Azanie, chacun ayant obtenu un poste ministériel.

Lire aussi : Ibrahim Traoré prend les rênes pour un nouveau mandat au Burkina Faso

L’une des nominations les plus surprenantes est celle de Gayton McKenzie, le chef de file de l’Alliance patriotique (PA), qui a été nommé ministre des Sports, des Arts et de la Culture. McKenzie, ancien gangster et braqueur de banque, a admis avoir commis son premier braquage à l’adolescence. Après avoir purgé une peine de sept ans de prison, il a changé de voie pour devenir conférencier motivateur et auteur. Il a également lancé plusieurs entreprises avec un ancien compagnon de prison, Kenny Kunene, avant de se lancer en politique en fondant le PA en 2013.

unnamed 35

Les élections nationales du 29 mai n’ayant pas produit de vainqueur clair, le PA a obtenu environ 2 % des voix, conduisant à la formation du gouvernement d’union nationale. La campagne du PA a été marquée par un sentiment anti-immigrés, promettant de renvoyer tous les migrants africains sans papiers, notamment ceux du Lesotho, du Mozambique et du Zimbabwe, accusés de prendre les emplois des Sud-Africains et d’augmenter le taux de criminalité.

Cette nomination de McKenzie suscite des réactions mitigées, certains saluant sa rédemption et son parcours inspirant, tandis que d’autres expriment des inquiétudes quant à ses antécédents criminels. Quoi qu’il en soit, la composition de ce nouveau gouvernement marque un tournant pour l’Afrique du Sud, reflet d’une politique de coalition et de diversité.