togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Le Congo bientôt dans les BRICS ?

Le Congo bientôt dans les BRICS ?

Denis Sassou-Nguesso, Président de la République du Congo, a exprimé son intérêt pour une possible adhésion de son pays au groupe des BRICS. Cette perspective s’inscrit dans un contexte où de nombreux pays cherchent à renforcer leur coopération économique et politique par le biais de cette alliance.

« Il y a cette perspective qui est ouverte. Il y a un certain nombre de pays qui y ont adhéré. J’ai entendu parler aussi de ce qu’il y aurait une formule BRICS+. S’il y a toutes ces possibilités, pourquoi pas? Le Congo serait intéressé, » a déclaré Sassou-Nguesso, soulignant l’attrait de son pays pour une intégration au sein de cette organisation influente.

Lire aussi : L’ascension du RN en France inquiète la diaspora Sénégalaise, les détails

Les BRICS, composés du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud, représentent une part significative de l’économie mondiale. La Russie, qui préside actuellement le groupe depuis janvier 2024, a révélé que plus d’une trentaine de pays ont déjà manifesté leur intérêt pour rejoindre cette coalition économique. Selon Iouri Ouchakov, conseiller du Président russe, cet intérêt croissant pour les BRICS témoigne de la dynamique positive et de l’influence croissante du groupe sur la scène internationale.

sassou chine

Le concept de BRICS+ évoqué par Sassou-Nguesso pourrait représenter une expansion de l’organisation, permettant à d’autres pays de bénéficier des avantages économiques et politiques associés à cette alliance. Une telle expansion offrirait aux nouveaux membres l’opportunité de participer à des initiatives de développement économique, de bénéficier d’investissements et de renforcer leurs échanges commerciaux avec les nations membres des BRICS.

L’intérêt du Congo pour les BRICS s’explique par la volonté de diversifier ses partenariats économiques et d’optimiser ses opportunités de croissance. Une adhésion éventuelle offrirait au pays un accès élargi aux marchés émergents et aux ressources financières nécessaires pour soutenir son développement infrastructurel et industriel.