togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Emmanuel Macron se met à dos les États-Unis et l’Allemagne

Macron se met à dos les États-Unis et l'Allemagne

Le président français Emmanuel Macron a révélé mardi que les États-Unis et l’Allemagne sont les principaux opposants à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Cette déclaration a été faite à la veille du sommet de l’OTAN à Washington, soulignant la « solide opposition » de ces deux puissances à l’invitation de l’Ukraine à rejoindre l’Alliance de l’Atlantique Nord.

Lire aussi : Condamnation de Boubacar Traoré : Un signe de la répression sous la junte au Mali

Macron a rappelé le sommet de l’OTAN organisé en juillet dernier à Vilnius, où l’Ukraine n’a pas été invitée à devenir membre de l’organisation. « Les Ukrainiens ont été assez contrariés lorsqu’ils ont conclu que la porte était ouverte, mais pas tant que ça. Et je pense que le scénario pour le Sommet de Washington est le même », a-t-il déclaré. Selon le président français, les alliés finiront par inviter l’Ukraine à rejoindre l’OTAN, mais cette décision ne semble pas imminente.

WhatsApp Image 2024 07 10 at 20.29.42

De son côté, le chancelier allemand Olaf Scholz a réitéré son soutien à long terme à l’Ukraine, pays luttant contre l’agression russe. Lors du sommet anniversaire de l’OTAN à Washington, Scholz a affirmé son engagement en faveur de l’Ukraine, déclarant : « Nous soutiendrons l’Ukraine aussi longtemps qu’il le faudra ». Il a mentionné les livraisons d’armes et l’initiative récemment adoptée par les sept principaux États industrialisés (G7), qui ont financé un paquet d’une valeur de 50 milliards de dollars grâce aux intérêts obtenus de la capitalisation des avoirs russes gelés. Pour Scholz, cela représente un signe de solidarité envers l’Ukraine et un message clair adressé à Moscou.

Ces déclarations mettent en lumière les divergences au sein de l’OTAN concernant l’adhésion de l’Ukraine, malgré le soutien militaire et financier continu à Kiev. Alors que certains membres de l’Alliance plaident pour une intégration rapide de l’Ukraine, d’autres, comme les États-Unis et l’Allemagne, se montrent plus réservés, craignant une escalade des tensions avec la Russie.