togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

« Petit Pierre » : Le dernier créateur du mythique « Indépendance Cha Cha » est mort 

"Petit Pierre" : Le dernier créateur du mythique "Indépendance Cha Cha" est mort 

Le monde de la musique congolaise est en deuil suite au décès de Pierre Yantula Bobina Elengesa, mieux connu sous le pseudonyme de « Petit Pierre« . Ce dernier survivant des créateurs du morceau emblématique de la rumba congolaise, « Indépendance Cha Cha », est décédé ce samedi à Kinshasa à l’âge de 83 ans, des suites d’une crise cardiaque. Son décès survient à la veille de la célébration du 64ᵉ anniversaire de l’indépendance de la République démocratique du Congo.

Né en 1941, « Petit Pierre » était le batteur et le plus jeune des sept musiciens de l’orchestre African Jazz de Joseph Kabasele, alias « Grand Kallé ». En janvier 1960, lors des négociations sur l’indépendance du Congo belge à Bruxelles, l’orchestre a composé « Indépendance Cha Cha », un morceau qui est rapidement devenu l’hymne de l’émancipation des pays africains. À seulement 18 ans, « Petit Pierre » a contribué à l’écriture de l’histoire musicale de son pays.

Lire aussi : Un missile nord-coréen pourrait avoir échoué et exploser au-dessus du sol, selon Séoul

Malheureusement, la carrière musicale de « Petit Pierre » a été brutalement interrompue en 1963 après un grave accident de voiture qui a entraîné l’amputation de sa jambe. Malgré cet incident, il est resté une figure respectée et influente de la communauté, devenant chef de quartier à Lingwala, l’une des 24 communes de Kinshasa. En 2022, l’AFP l’avait rencontré une dernière fois, où il avait partagé ses souvenirs et son attachement à sa communauté.

WhatsApp Image 2024 07 02 at 00.46.22

La disparition de « Petit Pierre » marque la fin d’une époque pour la rumba congolaise et le souvenir vivace d’un morceau qui a symbolisé l’espoir et la liberté pour de nombreux Africains. Son fils, Bruno Yantula, a précisé qu’une rencontre était prévue mardi au ministère de la Culture pour discuter de l’organisation des obsèques, soulignant l’impact durable de son père sur la culture congolaise.

La mémoire de « Petit Pierre » et de ses contributions à la musique et à l’indépendance du Congo restera gravée dans l’histoire, rappelant à tous l’importance de la rumba congolaise dans le patrimoine culturel africain.