togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Législatives en Afrique du Sud : Début du vote anticipé

Législatives en Afrique du Sud : Début du vote anticipé

Ce lundi, les premiers Sud-Africains ont commencé à voter par anticipation pour les législatives prévues le 29 mai 2024. Cette option est disponible pour ceux qui ne pourront pas se rendre dans un bureau de vote le jour du scrutin. Les journalistes sur place ont observé le début de ce processus.

Les partisans du nouveau parti politique uMkhonto weSizwe (MK) ont marqué leur présence en dansant et chantant lors de leur dernier rassemblement à eMalahleni le 26 mai 2024. Ce parti, récemment formé, participe aux élections et représente une nouveauté dans le paysage politique sud-africain.

Plus de 1,6 million des 27,6 millions d’électeurs sud-africains sont concernés par ce dispositif de vote anticipé, selon la Commission électorale indépendante (IEC). Les bureaux de vote sont ouverts de 09 h 00 à 17 h 00 locales (07 h 00 à 15 h 00 GMT) lundi et mardi pour permettre à ces électeurs de s’exprimer.

Lire aussi : Mali : Des opposants en exil forment un gouvernement contre la junte

Le dispositif de vote anticipé est également prévu pour les personnes malades ou à mobilité réduite. Des agents de l’IEC visiteront environ 624 000 électeurs dans des maisons de retraite, des hôpitaux, des prisons et lors de visites à domicile pour leur permettre de voter.

Ces élections sont particulièrement importantes pour le Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir depuis les premières élections démocratiques en 1994. Depuis l’élection de Nelson Mandela, le premier président noir du pays, l’ANC a toujours remporté les scrutins avec une large majorité. Cependant, les sondages récents indiquent que le parti pourrait perdre sa majorité absolue pour la première fois en trente ans.

6f69fb6399033181a5cc203508afa19f

Si l’ANC passe sous la barre des 50 %, il sera contraint de former des alliances pour se maintenir au pouvoir. Cela pourrait mener à des négociations intenses pour la formation d’un gouvernement de coalition. Le Parlement nouvellement élu devrait se réunir deux semaines après le scrutin, et ses 400 députés seront alors appelés à élire le président.

Ces élections sont vues comme les plus disputées des trois dernières décennies, et leur résultat pourrait marquer un tournant significatif dans la politique sud-africaine. Les prochains jours seront cruciaux pour déterminer le futur paysage politique du pays.