togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Afrique du Sud : Zizi Kodwa démissionne suite à des accusations de corruption

Afrique du Sud : Zizi Kodwa démissionne suite à des accusations de corruption

Le ministre sud-africain des Sports, des Arts et de la Culture, Zizi Kodwa, a démissionné mercredi après avoir été officiellement inculpé pour corruption. Cette annonce intervient quelques heures après sa comparution devant un tribunal de Johannesburg.

Dans un communiqué, le ministère des Sports, des Arts et de la Culture a précisé que M. Kodwa avait informé le président Cyril Ramaphosa de sa décision de quitter immédiatement ses fonctions ministérielles et son poste au sein du cabinet.

Lire aussi : RDC : Le retour de Salomon Idi Kalonda, une figure de l’opposition au Sénat

« Suite à sa mise en accusation formelle, M. Kodwa a informé le président de sa démission de ses fonctions de ministre des Sports, des Arts et de la Culture ainsi que de membre du cabinet », a déclaré le ministère.

Zizi Kodwa est accusé d’avoir accepté des pots-de-vin d’une valeur de 1,6 million de rands (environ 85 000 dollars) en lien avec des contrats de modernisation et d’entretien des systèmes logiciels du métro de Johannesburg. Ces accusations ont été présentées devant le tribunal, où il a comparu aux côtés de son coaccusé, Jehan Mackay.

WhatsApp Image 2024 06 05 at 15.03.11 1

Malgré ces graves allégations, l’avocat de M. Kodwa a affirmé que son client nie les accusations portées contre lui.

Cette affaire de corruption et la démission qui en découle surviennent à un moment délicat pour l’Afrique du Sud, où les questions de corruption et de mauvaise gestion ont souvent dominé les débats politiques et sociaux. La réaction rapide de M. Kodwa et sa décision de démissionner peuvent être vues comme une tentative de limiter les dégâts pour le gouvernement de Cyril Ramaphosa, qui a promis de lutter contre la corruption endémique dans le pays.

Le départ de Zizi Kodwa marque un nouveau chapitre dans les efforts continus de l’Afrique du Sud pour restaurer la confiance dans ses institutions et ses dirigeants.