togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Gabon : Les partis politiques réagissent à la révision de la liste électorale

Gabon : Les partis politiques réagissent à la révision de la liste électorale

 

Ce vendredi 14 juin, les Gabonais en âge de voter auront l’opportunité de participer à la révision de la liste électorale, une étape cruciale en vue du référendum prévu pour adopter la nouvelle Constitution du pays en décembre. Initialement programmée pour le 13 juin 2024, cette révision a été reportée d’une journée en raison de problèmes logistiques, comme l’a expliqué le ministère de l’Intérieur.

Cette révision est une initiative des militaires au pouvoir depuis le coup d’État d’août 2023, qui a renversé le régime d’Ali Bongo Ondimba. Elle vise à préparer le terrain pour le référendum constitutionnel qui devrait avoir lieu d’ici la fin de l’année, selon le correspondant de RFI à Libreville. Une seconde révision est également programmée l’année prochaine, en préparation des élections qui marqueront la fin de la période de transition actuelle.

Abidjjan00 Par3358067 0

Le contexte politique gabonais est marqué par des avis partagés sur cette révision. Lors du dialogue national en avril dernier, il a été recommandé de suspendre le Parti démocratique gabonais (PDG), ancien parti au pouvoir pendant 55 ans, et d’interdire ses cadres de se présenter aux élections pendant trois ans. Paul Biyoghe Mba, premier Vice-Président du PDG, soutient cette révision en soulignant son objectif de restaurer rapidement une situation constitutionnelle républicaine. Il insiste sur la nécessité d’établir une Constitution et de tenir des élections crédibles à tous les niveaux pour garantir la stabilité et la légitimité du système politique gabonais.

Lire aussi : Le Niger interrompt l’écoulement de son pétrole vers le Bénin

Ce processus de révision électorale et constitutionnelle est donc crucial pour l’avenir politique du Gabon, alors que le pays cherche à tourner la page sur une longue période de règne sous une nouvelle gouvernance militaire, tout en préparant le terrain pour un retour à un cadre démocratique régulier et transparent.