togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

La Chine rejette la revendication du « droit de légitime défense » de Taiwan

taiwan drapeau

La Chine refuse le « droit de légitime défense » au moment où un de ses avions pénétrait dans l’espace de l’île.

Koo Li-hsiung, chef de la sécurité de Taiwan, a affirmé récemment que l’armée de l’île recevrait l’ordre d’exercer son « droit de légitime défense » si l’Armée populaire de libération « attaque » des avions, des navires, des installations ou entre sans autorisation dans un rayon de 22 km de « l’espace aérien et des eaux territoriales » de l’île.

Une relation conflictuelle

La relation a été complexe et controversée en raison du différend concernant le statut politique de Taiwan après le transfert de l’administration de Taiwan du Japon à la République de Chine à la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, et de la scission qui a suivi entre la RPC et la République de Chine à la suite de la guerre civile chinoise .

Pékin affirme qu’il n’y a « qu’une seule Chine » et que Taiwan en fait partie. Il considère la RPC comme le seul gouvernement légitime de la Chine, une approche qu’il appelle le principe d’une seule Chine , et cherche à terme à « l’unification » de Taiwan avec le continent.

Pékin affirme que Taiwan est lié par un accord connu sous le nom de Consensus de 1992 , conclu entre des représentants du Parti communiste chinois (PCC) et du Kuomintang (KMT) qui dirigeait alors Taiwan. Cependant, les deux parties ne sont pas d’accord sur le contenu de ce soi-disant consensus, et celui-ci n’a jamais eu pour objectif d’aborder la question du statut juridique de Taiwan. Pour la RPC, comme l’a déclaré le président chinois Xi Jinping, le Consensus de 1992 reflète un accord selon lequel « les deux rives du détroit appartiennent à une seule Chine et travailleront ensemble pour rechercher la réunification nationale ».

Qu’en est-il des États-Unis ?

Au départ, Washington a affirmé ne pas soutenir l’indépendance de Taiwan.

Grâce à leur politique d’ambiguïté stratégique, les États-Unis tentent depuis des décennies de maintenir un équilibre délicat entre le soutien à Taiwan et la prévention d’une guerre avec la Chine. Mais l’actuel président Joe Biden a apparemment rejeté cette politique, déclarant à plusieurs reprises que les États-Unis prendraient la défense de Taiwan si la Chine l’attaquait. Les responsables de la Maison Blanche sont revenus sur ses commentaires, affirmant que la politique n’avait pas changé, mais qu’en fin de compte, c’était au président de décider.

L’administration Biden poursuit les ventes d’armes et confirme ainsi la décision de l’administration Trump d’autoriser les responsables américains à rencontrer plus librement les responsables taïwanais. Biden a été le premier président américain à inviter des représentants taïwanais à assister à l’investiture présidentielle. Les États-Unis participent à des entraînements militaires et à des dialogues avec Taiwan, font régulièrement naviguer des navires dans le détroit de Taiwan pour démontrer leur présence militaire dans la région et ont encouragé Taiwan à augmenter ses dépenses de défense.

« Bien que la République populaire de Chine n’ait jamais dirigé Taiwan, ses dirigeants considèrent l’île comme un territoire chinois, une province renégat qui doit être placée sous le contrôle de Pékin, par la force si nécessaire », souligne le Council Foreign Relations.

Qui pour faire revenir la paix?

 

Lire aussi : La Chine impose des sanctions aux entreprises américaines