togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Grosse manifestation devant l’ambassade de France à Ouagadougou, les détails

Grosse manifestation devant l'ambassade de France à Ouagadougou

Ce vendredi, la Coordination nationale des associations de la veille citoyenne (CNAVC) a organisé une manifestation devant l’ambassade de France à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Les manifestants, scandant des slogans hostiles à la France, ont exigé la délocalisation de l’ambassade française, actuellement située à proximité du Palais présidentiel.

Selon les manifestants, cette demande est cruciale pour assurer la sécurité du président de la transition, le capitaine Ibrahim Traoré. La CNAVC avait précédemment lancé un ultimatum à la représentation diplomatique française, demandant une relocalisation pour des raisons de sécurité nationale. Cependant, cette manifestation, comme plusieurs précédentes, a été dispersée par la police nationale.

Lire aussi : La France réorganise sa stratégie militaire en Afrique avec un nouveau commandement

Les relations entre le Burkina Faso et la France sont marquées par des tensions croissantes, exacerbées par des sentiments anti-français au sein de la population burkinabè. La position de l’ambassade française près du Palais présidentiel est perçue par certains comme une menace potentielle à la souveraineté et à la sécurité du Burkina Faso.

2 56 2

Malgré ces tensions, les autorités burkinabè restent attachées au respect des traités internationaux qui garantissent l’inviolabilité du territoire des ambassades étrangères. Cette position souligne l’engagement du Burkina Faso à maintenir des relations diplomatiques respectueuses avec la France, malgré les appels à la délocalisation de l’ambassade.

Cette manifestation s’inscrit dans un contexte plus large de mécontentement populaire et de réévaluation des relations franco-burkinabè. La situation nécessite une gestion diplomatique délicate pour éviter une escalade des tensions et pour répondre aux préoccupations de sécurité soulevées par la société civile burkinabè. La France, de son côté, devra naviguer ces eaux tumultueuses en essayant de maintenir une présence diplomatique efficace tout en respectant la sensibilité des dynamiques locales.