togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

La France réorganise sa stratégie militaire en Afrique avec un nouveau commandement

La France réorganise sa stratégie militaire en Afrique avec un nouveau commandement

Dans un contexte de réévaluation de sa présence militaire en Afrique, l’armée française a annoncé la création d’un Commandement pour l’Afrique. Ce nouveau dispositif, qui sera dirigé par le général de brigade Pascal Ianni à partir du 1er août, marque un tournant dans la stratégie de Paris sur le continent.

La décision de créer ce commandement survient à un moment critique, alors que la France envisage de réduire sa présence militaire en Afrique de l’Ouest et centrale à quelques centaines de soldats. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de partenariats « rénovés » et plus discrets, selon les directives du président Emmanuel Macron. Ce changement de cap fait suite aux nombreux défis et échecs rencontrés par la France dans des pays comme le Niger, le Mali, le Burkina Faso et la Centrafrique.

Lire aussi : La Cour suprême du Burundi condamne à vie de l’ex-premier ministre Bunyoni

La nouvelle structure vise à améliorer l’efficacité de la coordination militaire française en Afrique, tout en adoptant une approche moins visible mais plus stratégique dans la lutte contre le terrorisme. La France, autrefois au premier plan des opérations anti-terroristes sur le continent, cherche désormais à repenser son rôle et à renforcer la collaboration avec les forces locales.

France e1690968356137

Selon le Journal Officiel, « le général de brigade Pascal Ianni est nommé général commandant le Commandement pour l’Afrique à partir du 1er août. » Ce commandement centralisé devrait permettre une meilleure gestion des opérations et une plus grande flexibilité dans les réponses aux crises locales.

Emmanuel Macron a souligné la nécessité de cette réorganisation militaire dans le cadre de sa politique de défense, visant à éviter les erreurs du passé et à s’adapter aux réalités changeantes de la région. La réduction des troupes françaises sur le terrain est également vue comme une réponse aux critiques croissantes concernant l’implication de la France dans les affaires internes des pays africains.