togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Scandale au Vatican : Un proche du pape Benoît XVI accuse le pape François de satanisme

Scandale au Vatican : Un proche du pape Benoît XVI accuse le pape François de satanisme

Le Vatican a pris une décision sans précédent en excommuniant l’archevêque italien Carlo Maria Vigano, une figure de premier plan parmi les critiques internes les plus virulents du pape François. Cette mesure fait suite à des années de controverses où Vigano a publiquement remis en question la légitimité et les actions du pape actuel, allant jusqu’à l’accuser de dissimulation d’inconduite sexuelle au sein de l’Église.

Vigano, qui était fidèle à l’ancien pape Benoît XVI, a appelé le pape à démissionner et l’a critiqué en termes sévères, le qualifiant notamment de « serviteur de Satan » et de « faux prophète ».

Ancien ambassadeur du Saint-Siège à Washington, Vigano avait défrayé la chronique en 2018 en affirmant que le pape François était au courant depuis longtemps de comportements inappropriés d’un cardinal américain sans prendre de mesures.

Lire aussi : Scandale : Mise en examen de Nestlé France dans l’affaire des pizzas contaminées

Les accusations de schisme et de déni de légitimité papale ont été portées à l’encontre de Vigano, qui a refusé de reconnaître et de se soumettre au pape François. Cette position a été jugée comme une violation grave de la discipline ecclésiastique, conduisant à son excommunication selon les déclarations du bureau doctrinal du Vatican. Dans un communiqué, le Vatican a spécifié que Vigano avait été reconnu coupable de schisme pour son refus persistant de reconnaître l’autorité du pape actuel, une décision qui scelle son exclusion de l’Église.

« À l’issue du procès pénal, Mgr Carlo Maria Vigano a été reconnu coupable de violation de la loi sur le schisme », a indiqué le Vatican dans un communiqué, ajoutant qu’il avait été excommunié de l’Église.

cq5dam.thumbnail.cropped.750.422 2

Dans une déclaration récente, Vigano a rejeté la procédure disciplinaire, affirmant qu’il ne reconnaissait pas l’autorité du tribunal ni de ses représentants. Cette posture reflète une division profonde au sein de l’Église catholique, mettant en lumière les tensions entre les factions conservatrices et progressistes. Alors que Vigano continue de défendre ses positions et de critiquer ouvertement le pape François, cette excommunication marque un moment significatif dans les relations internes de l’Église, illustrant les défis persistants de l’autorité et de l’unité au sein de l’institution catholique.