togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Après plus d’un siècle d’absence, 39 objets historiques ougandais sont enfin chez eux

uganda cambridge artifacts returned

Des objets historiques ougandais de retour au bercail pour trois ans.

Après plus d’un siècle d’absence, 39 objets ougandais sont enfin chez eux

L’Université de Cambridge prête les objets traditionnels à ce pays d’Afrique de l’Est pour une période initiale de trois ans.

Mais quelle signification ces objets, qui vont des insignes tribaux aux poteries délicates, peuvent-ils avoir aujourd’hui pour les personnes qui les ont sculptés ?

L’Ouganda peut compter sur son partenaire, l’Université de Cambridge

« Ces objets ont été absents de chez nous pendant si longtemps, il est maintenant temps qu’ils reviennent et il est temps de faire des recherches sur l’histoire de ces objets, de rechercher leur signification contemporaine et d’aider à prendre des décisions concernant leur avenir », a déclaré Mark Elliot, le conservateur principal de l’Université de Cambridge.

« Ce qui est vraiment important, c’est que cette recherche pourrait être effectuée à Cambridge, mais elle ne devrait pas l’être à Cambridge, elle devrait être effectuée ici et elle devrait être dirigée par le peuple ougandais. »

Cambridge a acquis la plupart des artefacts ougandais sous forme de dons provenant de collections privées, et beaucoup ont été donnés par un missionnaire anglican actif en Ouganda après que la nation soit devenue un protectorat britannique en 1894.

 

666a65e3be5a3.image
L’université britannique a renvoyé les 39 objets, allant des insignes tribaux aux poteries délicates, au Pays d’Afrique de l’Est samedi.
Hajarah Nalwadda – stringer, ASSOCIATE PRESS

« Il y a eu beaucoup de pillage de l’Afrique et donc l’Afrique a été pillée, ce n’est pas qu’ils ont seulement pris de l’or », a rappelé Jackline Nyiracyiza, commissaire du gouvernement ougandais en charge des musées et monuments.

« Ils ont pris l’or et le patrimoine associé et donc une partie de l’or, je dirais, qu’ils ont retiré d’Afrique, est le patrimoine culturel parce qu’ils répandaient l’évangile du Christ et donc ils ne voulaient rien associé aux traditions. », a-t-elle ajouté.

Jackline Nyiracyiza a rassuré que l’accord entre l’Ouganda et Cambridge était renouvelable, permettant la possibilité d’un prêt permanent et peut-être d’une propriété locale.

Les objets restitués ont été sélectionnés par des conservateurs ougandais.

Ces objets représentent une petite fraction des quelque 1 500 objets ethnographiques ougandais que possède l’Université britannique.

Notons que l’Union africaine travaille sur une politique commune en matière de restitution des biens culturels pillés.

Lire aussi : Cyril Ramaphosa réélu président de l’Afrique du Sud