togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Gabon : Reprise du procès de l’ex-directeur de cabinet d’Ali Bongo

Gabon : Reprise du procès de l'ex-directeur de cabinet d'Ali Bongo

Le procès de Brice Laccruche, ancien directeur de cabinet de l’ex-président Ali Bongo, reprend ce mardi 17 juin à Libreville, Gabon. Accusé de détournement de fonds publics et de blanchiment de capitaux, Laccruche se trouve dans une situation délicate en raison de son état de santé. Souffrant d’un cancer, il a été hospitalisé d’urgence la semaine dernière avant d’être évacué vers la France pour des soins médicaux, ce qui rend la suite du procès incertaine.

Le procès de Brice Laccruche est suivi de près par l’opinion publique et les autorités judiciaires. En raison de son état de santé, l’ancien directeur de cabinet était présent aux premières audiences mais a dû être hospitalisé, nécessitant une évacuation sanitaire vers la France. Sa condition médicale et son absence pourraient influencer le déroulement et la conclusion du procès.

Lire aussi : Mali : Le Colonel-major Mamadou Keita Nommé Ambassadeur à Conakry

L’audience d’aujourd’hui est cruciale pour décider de la suite du procès. La magistrate, accompagnée du Procureur général, a rendu visite à Laccruche lorsqu’il était hospitalisé à Libreville pour évaluer la légitimité de son absence pour raisons de santé. Selon un avocat présent, les discussions ont principalement porté sur l’état médical de Laccruche et les circonstances de son hospitalisation en soins intensifs. Les magistrats n’ont pas pu interroger directement Laccruche mais ont confirmé qu’il était bien en réanimation.

WhatsApp Image 2024 06 18 at 10.47.57

La Cour doit maintenant décider des prochaines étapes. Les défenseurs de Brice Laccruche préconisent un report sine die du procès en raison de son état de santé. Une autre option serait un jugement par contumace, mais cela est généralement réservé aux accusés qui refusent de se présenter volontairement. Me Nzigou, un des avocats de la défense, a souligné que dans ce cas, il s’agit d’un cas de force majeure, rendant le jugement par contumace inapproprié.

Les cinq avocats de Brice Laccruche estiment que le procès n’aurait jamais dû commencer pour des raisons humanitaires. Selon eux, le stress lié aux audiences a aggravé l’état de santé de leur client, qui reçoit actuellement des soins en France. Brice Laccruche est dans l’hôpital où il a été suivi pour son cancer, y ayant déjà subi des séances de radiothérapie. Pour le moment, ses jours ne seraient pas en danger.