togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Kenya : La démission du président William Ruto réclamée sur les réseaux sociaux

démission du président William Ruto

La démission du président William Ruto est devenu un sujet vivement discuté sur les réseaux sociaux après les manifestations meurtrières de mardi au Kenya. Le très controversé projet de loi de finances du gouvernement ne sera finalement pas promulgué et a été retiré, mais cette décision ne semble pas calmer les kényans.

Des manifestations pacifistes qui dégénèrent

Jugeant le nouveau projet de loi de finances peu équitable pour la jeunesse, des manifestants sont descendus dans la rue ce mardi 25 juin 2024 au Kenya. Ce qui devait être une simple protestation visant à attirer l’attention du gouvernement a dégénéré à Nairobi après que le parlement a été pris d’assaut.

Une réponse disproportionnée avait ensuite eu lieu de la part des forces de sécurité, occasionnant des blessés et au moins 23 morts. Les manifestations ont quand même continué ce mercredi avant que le président, qui promettait la veille une réponse sévère, n’annonce un retrait du projet de loi de finances.

« Après l’adoption du projet de loi, le pays a été témoin d’une large expression de mécontentement à l’égard du projet de loi tel qu’il a été adopté […] Je m’incline et je ne promulguerai pas le projet de Loi de finances 2024, qui sera par conséquent retiré », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Manifestations contre les impôts au Kenya : William Ruto prend position

La démission du président William Ruto réclamée

Même devant ce qui semble être une résignation, la pression ne faiblit pas. Sur les réseaux sociaux, les voix s’élèvent pour exiger une abrogation du texte ainsi que la démission du président William Ruto. Il lui est reproché notamment d’avoir ordonné la répression des manifestants, une opération qui a causé des morts et fait de nombreux blessés.

Principalement sur X (ex-Twiter) où le sujet est en tendance, les internautes trouvent que le président avait la possibilité de calmer les tensions depuis mardi. Au lieu de cela, il se serait est entêté et a même tenu un discours menaçant au soir des manifestations meurtrières.

« Nous apporterons une réponse complète, efficace et rapide aux événements de trahison d’aujourd’hui », affirmait-il.

Lire aussi : William Ruto défend son voyage en jet privé aux États-Unis face aux critiques

Pour rappel, le projet de loi controversé prévoyait une augmentation d’impôts devant générer 2,7 milliards de dollars pour les finances du gouvernement. Diverses taxes, dont une TVA de 16 % sur le pain, une TVA sur le transport du sucre, une taxe sur les véhicules à moteur de 2,5 % étaient initialement incluses.

Ces mesures avaient cependant été retirées dès les premiers mécontentements avant que la totalité du projet ne soit invalidée aujourd’hui. La grogne continue pour l’instant sur les réseaux sociaux où la démission du président William Ruto est réclamée.

Source : Africa Business Insider