togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

La guerre des ballons continue entre la Corée du Nord et la Corée du Sud

bf572f3b pb9bzm0kn79mpqnfabcz4n

La Corée du Nord a envoyé dimanche dernier une nouvelle vague de ballons chargés de déchets vers son voisin du sud, après que la puissante sœur de Kim Jong Un a mis en garde contre de nouvelles réponses si le Sud poursuivait sa « guerre psychologique ».

La guerre des ballons continue. Les nouveaux ballons, que Séoul avait précédemment qualifiés de « dangereux », constituent sans doute des représailles à la décision de la Corée du Sud de reprendre la diffusion de propagande anti-nord-coréenne par haut-parleurs dans les zones frontalières.

La sœur de Kim qui est aussi porte-parole du gouvernement, Kim Yo Jong, a averti que la reprise des émissions par haut-parleurs était « un prélude à une situation très dangereuse ».

Dans une déclaration relayée par les médias d’État nord-coréens, Kim a fait savoir que la Corée du Sud serait soumise à une « nouvelle contre-attaque » si elle poursuivait ses émissions par haut-parleur et ne parvenait pas à empêcher les activistes d’envoyer des tracts de propagande anti-nord-coréens de l’autre côté de la frontière.

Exemple de ballons lancés

Ces dernières semaines, le Nord a fait flotter plus d’un millier de ballons remplis de déchets à travers la frontière fortement fortifiée. Cela est considéré comme une réponse à l’envoi des ballons avec des tracts anti-Corée du Nord dans le pays.

Des militants sud-coréens ont envoyé des ballons à travers la frontière en direction du Nord, transportant des centaines de milliers de tracts condamnant le dirigeant Kim Jong Un et 5 000 clés USB contenant de la K-pop et des K-dramas.

Pendant des décennies, la Corée du Nord a été presque complètement coupée du reste du monde, avec un contrôle strict sur les informations qui y entrent ou en sortent. Les documents étrangers, notamment les films et les livres, sont interdits, à quelques exceptions près sanctionnées par l’État ; ceux qui sont pris en flagrant délit de contrebande étrangère sont souvent sévèrement punis, disent les transfuges.

Plus tôt cette année, un groupe de recherche sud-coréen a publié des images rares montrant, selon lui, des adolescents nord-coréens condamnés aux travaux forcés pour avoir regardé et distribué des drames K.

Les restrictions se sont quelque peu assouplies au cours des dernières décennies à mesure que les relations entre la Corée du Nord et la Chine se développaient. Des mesures provisoires d’ouverture ont permis à certains éléments sud-coréens, y compris une partie de sa culture pop, de s’infiltrer dans la nation, en particulier en 2017 et 2018, lorsque les relations se sont dégelées entre les deux pays.

Mais la situation en Corée du Nord s’est détériorée au cours des années suivantes et les négociations diplomatiques ont échoué, ce qui a entraîné le retour de règles strictes dans le Nord.

Lire aussi : France : Vincent Bolloré risque un procès pour corruption au Togo et en Guinée