togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

RDC : Polémique autour des salaires des députés

RDC : Polémique autour des salaires des députés

En République Démocratique du Congo (RDC), la question des salaires des élus a récemment ressurgi avec intensité. Vital Kamerhe, le nouveau président de l’Assemblée nationale, a affirmé que les députés percevaient 14 millions de francs congolais par mois, soit environ 5 000 dollars. Cette déclaration a déclenché une vive controverse.

La loi de finance 2024 révèle une toute autre réalité. L’enveloppe globale destinée à la rémunération des élus s’élève à plus de 140 milliards de francs congolais, ce qui représente environ 46,3 millions de dollars. Avec 500 députés, cela correspond à un salaire mensuel de plus de 8 500 dollars par député. Cette disparité de chiffres a été soulignée par plusieurs organisations de la société civile, notamment Congo n’est pas à vendre, la Lucha et l’Observatoire de la Dépense Publique (Odep).

Lire aussi : Les Imafidon : L’extraordinaire histoire de la famille la plus intelligente au monde

Selon l’Odep, les députés toucheraient environ 9 000 dollars, tandis que les sénateurs percevraient jusqu’à 11 000 dollars. Florimond Muteba, président de l’Odep, a ajouté que cette rémunération pouvait être doublée grâce aux frais spéciaux et aux primes.

photo 1662026092

La transparence sur ces rémunérations est cruciale, mais la société civile critique régulièrement l’existence d’un « Fonds spécial d’intervention » prévu par la loi de finance, souvent utilisé pour augmenter les salaires des élus de manière opaque. Ce fonds spécial soulève des questions sur l’intégrité et la gestion des finances publiques dans un pays où de nombreux citoyens vivent dans des conditions précaires.

Ce débat houleux sur les salaires des députés reflète un mécontentement plus large face aux inégalités économiques et à la gestion des ressources publiques en RDC. Alors que les élus bénéficient de salaires élevés et de divers avantages, une grande partie de la population lutte pour subvenir à ses besoins fondamentaux. La société civile continue d’appeler à une plus grande transparence et à une gestion plus équitable des ressources publiques pour répondre aux besoins de tous les Congolais.