togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Assimi Goïta nommé président de l’AES lors du premier sommet à Niamey

Assimi Goïta nommé président de l'AES lors du premier sommet à Niamey

Le samedi 6 juillet 2024, Niamey a été le théâtre d’un événement historique avec la nomination du colonel Assimi Goïta à la présidence de l’Alliance des États du Sahel (AES). Cette décision a été entérinée lors du premier sommet des chefs d’État de l’AES, réunissant les dirigeants du Burkina Faso, du Mali et du Niger.

Le communiqué final, publié à l’issue du sommet, révèle que cette nomination s’inscrit dans le cadre de la création de la Confédération des États du Sahel, un projet visant à renforcer l’intégration régionale. Le traité instituant cette confédération a été adopté par les chefs d’État des trois pays, marquant ainsi une étape significative vers une coopération plus approfondie.

Lire aussi : La Confédération des États du Sahel est créée

Assimi Goïta, le leader malien, présidera l’AES pour un mandat d’un an. Cette fonction, nouvellement créée, souligne l’engagement des États membres à travailler ensemble pour une intégration plus poussée. De plus, le Burkina Faso a été choisi pour accueillir la première session parlementaire de cette confédération, soulignant l’importance accordée à l’instauration d’institutions démocratiques au sein de l’AES.

La Confédération des États du Sahel est créée
La Confédération des États du Sahel est créée

Cette nouvelle alliance vise à transformer la coopération régionale, avec des objectifs ambitieux tels que la libre circulation des personnes et des biens, la création d’une force unifiée pour les actions militaires, et la mise en place de mécanismes économiques et financiers comme une banque d’investissement et un fonds de stabilisation. Ces initiatives reflètent une volonté collective de stimuler le développement économique et d’assurer la stabilité de la région.

La nomination d’Assimi Goïta à la tête de l’AES symbolise également une rupture décisive avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), d’où les États membres se sont retirés irrévocablement. Ce retrait souligne la détermination des pays de l’AES à tracer leur propre voie en matière de coopération et de développement régional.