togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Demandes de visa Schengen : Les africains y ont perdu 60,5 millions de dollars en 2023

demandes de visa Schengen

Selon les statistiques de la plateforme SchengenVisainfo, les demandeurs de visa depuis l’Afrique ont perdu de grosses sommes en 2023. Les frais perçus sur des demandes de visa Schengen étant non remboursables, les procédures rejetées font le bonheur des services d’immigration européens.

60,5 millions USD dépensés sans aucune suite

Alors que 704 000 demandes de visa Schengen provenant d’Afrique ont été rejetées en 2023, le total des coûts avancés par les candidats serait également colossal. Près de 60,5 millions USD (56,3 millions €) ont ainsi été dépensés par les africains en 2023, sans qu’ils aient eu de réponse favorable à leurs demandes.

L’on part en effet sur la base des 80 euros actuellement requis pour chaque dossier et les services d’immigration européens pourraient en profiter davantage dans un futur proche. En effet, les frais d’étude de dossiers pour les demandes de visa Schengen seront portés à 90 euros à partir du 11 juin 2024.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Adoption d’une loi controversée sur le terrorisme et le blanchiment de capitaux

Les demandes de visa Schengen défavorables aux africains et aux asiatiques

Les chiffres de la plateforme SchengenVisainfo montrent que le coût des refus provenant d’Afrique représente 43% des dépenses à perte dans le monde. Les rejets de demandes de visas Schengen ont rapporté ainsi 130 millions d’euros aux services d’immigration européens en 2023.

En Afrique, ce sont les marocains qui perdent le plus avec plus de 410 000 demandes rejetées pour un coût de 10,9 millions d’euros. L’Algérie vient en seconde position avec 285 000 demandes de visa Schengen rejetées.

Sur le pan mondial, l’Afrique est aussi mal lotie que l’Asie et les rejets provenant des deux continents comptent à environ 90% des 130 millions d’euros encaissés par les services d’immigration européens en 2023. Les ressortissants de ces deux continents font face à ces rejets répétés en raison du niveau bas de la moyenne des revenus dans la plupart des pays qui les composent.

Lire aussi : Algérie : La femme d’affaires Saida Neghza se porte candidate à la présidentielle