togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

France : Tout ce qu’il faut savoir sur la réforme des allocations de chômage

France : Tout ce qu'il faut savoir sur la réforme des allocations de chômage

Le gouvernement français entend raccourcir la durée pendant laquelle les personnes peuvent bénéficier des allocations de chômage, dans l’idée de renforcer les incitations à l’emploi, a déclaré le Premier ministre français Gabriel Attal. Ainsi, la période pendant laquelle l’allocation de chômage est accordée sera limitée à 15 mois maximum, au lieu de 18 mois actuellement.

La durée d’octroi des allocations de chômage sera limitée à 15 mois maximum, contre 18 mois actuellement, a déclaré Gabriel Attal à La Tribune Dimanche, note l’Agerpres. Le gouvernement parisien envisage également d’imposer l’obligation d’avoir travaillé huit mois au cours des 20 derniers mois, au lieu de six mois au cours des 24 derniers mois comme c’est le cas actuellement, pour pouvoir prétendre aux allocations de chômage.

Lire aussi : Flash : Israël tue des dizaines de personnes dans une attaque contre le camp de réfugiés de Rafah

On s’attend à ce que la nouvelle durée réduite diminue encore davantage, dans la situation où le taux de chômage tombe en dessous de 6,5% (il est actuellement à 7,5%).

« Si nous ne réformons pas le système d’assurance chômage, nous risquons de stagner sur la voie du plein emploi. Cette réforme nous permettra de créer encore plus d’emplois dans notre pays », a déclaré Gabriel Attal.

20240526 img assurance chomage le grand jeu de massacre

Une réforme de l’assurance chômage de 2023 a permis que la période pendant laquelle une personne peut percevoir des allocations de chômage dépende des conditions du marché du travail, l’idée étant que la période devrait être plus courte s’il y a des postes vacants. Mais le gouvernement parisien, qui peine à respecter son plan de réduction du déficit budgétaire, estime que la réforme de 2023 n’est pas allée assez loin.

Par ailleurs, le Premier ministre Attal a déclaré que l’exécutif entendait adopter la réforme par décret, au lieu de la faire adopter par le Parlement, le 1er juillet, ce qui permettrait aux nouvelles dispositions d’entrer en vigueur le 1er décembre.

Selon les calculs du gouvernement, outre des économies annuelles d’environ 3,6 milliards d’euros, cette réforme réduira le nombre de chômeurs d’environ 90 000 personnes.