togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Le Nigeria adopte un nouvel Hymne National, suscitant polémiques et critiques

Le Nigeria adopte un nouvel Hymne National, suscitant polémiques et critiques

Le Nigeria a adopté un nouvel hymne national, une décision qui a provoqué de vives réactions. Mercredi, les députés ont voté une loi remplaçant l’hymne actuel par une version abandonnée il y a près de cinquante ans. Le président nigérian, Bola Tinubu, a signé ce projet de loi, faisant revenir l’hymne composé par un expatrié britannique et utilisé lors de l’indépendance. Cette décision est perçue par certains comme une diversion face à l’aggravation de la crise économique.

Le nouvel hymne, « We Hail Thee », remplace « Arise O’ Compatriots », après une adoption accélérée du projet de loi, sans débat législatif ni consultation publique. Ce changement intervient alors que l’économie nigériane connaît une période difficile. Au cours de la première année du mandat de Tinubu, l’inflation a atteint 33,20 %, son plus haut niveau depuis 28 ans. Le président a marqué ce premier anniversaire en s’adressant au parlement.

Lire aussi : La Guinée-Bissau adopte la Blockchain pour gérer les salaires des fonctionnaires

L’hymne de l’indépendance avait été abrogé en 1978 par Olusegun Obasanjo, alors chef d’État militaire, sans explication officielle. Il était cependant entendu que ce changement visait à se distancer d’un hymne écrit par un Britannique durant la période coloniale.

e0f88a0 1717070655788 nigeria drapeau manifestation

Cette décision inattendue a suscité de l’incrédulité parmi les Nigérians, qui souffrent actuellement de la crise économique et de l’insécurité croissante. Cheta Nwanze, associé principal de SBM Intelligence, a exprimé son mécontentement à Reuters : « C’est une perte de temps. Ce qui est plus important, c’est l’inflation et les problèmes de sécurité, et c’est ce à quoi le gouvernement devrait s’intéresser. »

Alors que le pays fait face à des défis économiques majeurs, la réintroduction de cet hymne national historique est perçue par beaucoup comme une distraction inutile. Les critiques soulignent que le gouvernement devrait se concentrer sur des problèmes plus pressants, comme la gestion de l’inflation et l’amélioration de la sécurité, plutôt que de se lancer dans des réformes symboliques.