togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Motion de censure déposée contre le gouvernement français

Motion de censure déposée contre le gouvernement français

Ce vendredi matin, plusieurs partis de gauche à l’Assemblée nationale française ont déposé une motion de censure contre le gouvernement dirigé par Gabriel Attal. Cette motion, signée par 106 députés des groupes LFI-NUPES, GDR et des députés écologistes, devrait être débattue lundi à 13h30 (UTC+2), avec Matthias Tavel, député LFI-NUPES, comme porte-parole.

La motion de censure critique principalement la gestion budgétaire du gouvgouvernement français ernement, l’accusant de contourner le débat parlementaire pour imposer des mesures d’austérité sans précédent. Les députés signataires ont exprimé leur préoccupation quant à l’utilisation d’un projet de loi de finances rectificative pour modifier le budget de l’année en cours, soulignant que cela va à l’encontre des principes démocratiques.

Lire aussi : Bassirou Diomaye Faye renforce les liens avec le Mali et le Burkina Faso

Selon l’opposition de gauche, le gouvernement a retiré plus de 10 milliards d’euros du budget de l’État le 19 février 2024, en contournant les règles budgétaires et en procédant par décrets. Ces coupes budgétaires sont critiquées comme étant un « choix politique visant à sacrifier les dépenses d’avenir et la jeunesse du pays ». Notamment, des montants significatifs ont été retirés des politiques de travail et d’emploi, de la rénovation énergétique des logements, et de l’enseignement scolaire.

AP23048380597491

Les députés signataires dénoncent également un surgel supplémentaire de 10 milliards d’euros décidé par le gouvernement, soulignant que cela représente un « double contournement du Parlement ». Ils critiquent également l’utilisation de l’article 49.3 de la Constitution, qualifiant cela de « parodie de démocratie ».

En mettant en avant les conséquences sociales des politiques actuelles, les députés de gauche soulignent les difficultés croissantes rencontrées par les citoyens, notamment en matière de précarité alimentaire et de respect des engagements environnementaux.

Cette motion de censure vise à exprimer le mécontentement de l’opposition face au « mépris du débat parlementaire et du peuple » perçu dans les actions du gouvernement. Elle représente une tentative de rappeler l’importance du débat démocratique et de la reddition de comptes dans la gouvernance nationale.