togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Le Sénégal rompt un contrat de plus de 700 millions d’euros

Le Sénégal rompt un contrat de plus de 700 millions d'euros

Le gouvernement sénégalais, sous la direction du président Bassirou Diomaye Faye, a annoncé la rupture d’un contrat de 700 millions d’euros conclu trois mois auparavant avec le groupe saoudien Acwa Power pour la fourniture d’eau et la construction d’une usine de dessalement. Cette décision a été communiquée par le ministre de l’Eau, Cheikh Tidiane Dièye, le jeudi 5 juillet 2024.

Le contrat, signé fin mars sous l’administration de l’ancien président Macky Sall, représentait un partenariat public-privé entre la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones) et Acwa Power. L’investissement de 459 milliards de francs CFA (plus de 700,7 millions d’euros) par Acwa Power devait financer la construction et l’exploitation de la deuxième usine de dessalement d’eau de mer du Sénégal. Située près du Lac Rose à l’est de Dakar, l’usine était prévue pour produire 400 000 m³ d’eau par jour, afin de répondre à la demande croissante, notamment à Dakar, une ville connaissant encore des coupures d’eau fréquentes.

Lire aussi : Les États arabes souhaitent exclure Israël de l’ONU

Le ministre Cheikh Tidiane Dièye a justifié la rupture du contrat en déclarant : « Ce projet ne rentre pas dans les options stratégiques du gouvernement. Nous avons décidé de ne pas le poursuivre. » Il a également exprimé des préoccupations concernant le coût élevé et la technique utilisée, qui pourrait augmenter le prix de l’eau à long terme. De plus, les études environnementales prévues n’ont pas été réalisées, ce qui représente un risque pour la durabilité du projet.

saudi 362435

La décision de rompre ce contrat majeur avec une entreprise étrangère marque un tournant dans la politique du nouveau gouvernement sénégalais, qui s’engage à réexaminer les accords existants dans divers secteurs pour s’assurer qu’ils sont dans le meilleur intérêt du pays. Le ministre Dièye a assuré que les juristes de l’État étudient les retombées judiciaires potentielles de cette rupture. Toutefois, il a précisé que la construction de l’usine n’ayant pas encore commencé, il ne peut y avoir de préjudice significatif pour Acwa Power.

Cette rupture de contrat est perçue comme une volonté des nouvelles autorités de garantir des investissements plus transparents et bénéfiques pour le Sénégal, rompant avec les pratiques de l’ancienne administration accusée de négliger les intérêts nationaux au profit d’accords internationaux.