togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Tensions à Ouagadougou : Arrivée de soldats Maliens et de mercenaires Russes

Tensions à Ouagadougou : Arrivée de soldats Maliens et de mercenaires Russes

La situation au Burkina Faso connaît une montée en tension avec l’arrivée de 80 à 120 soldats maliens et de mercenaires russes de Wagner à Ouagadougou. Cette situation déjà chaotique a été exacerbée par l’attaque de Mansila, entraînant l’annulation du Conseil des ministres prévu le mercredi 19 juin 2024, selon une information de RFI.

La semaine précédente, un obus a été tiré sur le siège de la télévision nationale burkinabè, sans que l’origine de ce tir ne soit encore déterminée. Le président de transition, le capitaine Ibrahim Traoré, a fait une brève apparition publique lors de la fête de la Tabaski dimanche dernier, sans toutefois prononcer de discours, ce qui a suscité des interrogations sur son état et ses intentions.

Lire aussi : Retour de l’épidémie de Covid-19 en France ? Une nouvelle vague à l’horizon

Le Conseil des ministres, normalement présidé par Traoré chaque mercredi matin, a été annulé ou reporté. Bien qu’aucun communiqué officiel n’ait été publié, une source à la présidence burkinabè a indiqué que le Conseil pourrait se tenir jeudi, sans plus de précisions.

Wagner group mercenary in CAR

L’annulation ou le report de ce Conseil soulève des questions sur la situation du capitaine Traoré, dont la discrétion et l’absence de communication depuis une semaine alimentent les spéculations. Le mardi 18 juin, l’armée burkinabè a tenté d’apaiser les inquiétudes en publiant un communiqué affirmant que les rumeurs de « mouvements d’humeur et de mutineries dans certaines casernes » étaient « infondées et mensongères ».

Un article du journal Le Monde, citant des « sources concordantes », rapporte que Ibrahim Traoré serait actuellement « caché » et que des « pourparlers entre soldats sont en cours pour décider de l’avenir du régime ».

Pour rappel, l’attaque de Mansila le mardi 11 juin a été particulièrement meurtrière, avec plus d’une centaine de soldats burkinabè tués et certains capturés par les jihadistes du Jnim.