togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Cameroun : Cambriolage à la présidence, les premiers indices de l’enquête dévoilés

Cameroun : Cambriolage à la présidence, les premiers indices de l'enquête dévoilés

Au Cameroun, l’opinion publique est secouée par un événement insolite et inquiétant : le cambriolage du bureau du directeur de cabinet civil à la présidence de la République. Cet incident s’est produit dans la nuit du 15 au 16 juin 2024, laissant le pays en proie à des spéculations et des interrogations.

Les premiers éléments de l’enquête révèlent des détails troublants. Selon les sources, les cambrioleurs pourraient être des militaires ou des individus expérimentés dans les techniques utilisées par les forces spéciales lors de missions rapides et risquées. Ces professionnels opèrent généralement avec une grande discrétion et rapidité, créant souvent de fausses pistes pour déjouer les enquêteurs.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : l’importation de réfrigérateurs et de climatiseurs d’occasion bientôt interdite

L’incident à la présidence camerounaise suit ce schéma. Les enquêteurs ont découvert que les cambrioleurs ont brisé une vitre pour créer une diversion, sans l’utiliser pour accéder au bureau. Cela suggère une connaissance précise des lieux et des routines de sécurité, renforçant les soupçons de complicité interne.

105185965 3489573551094516 573475294581040003 n

Le bureau du directeur de cabinet civil, Mvondo Ayolo, est situé au deuxième étage du bâtiment principal, entre la salle des conseils des ministres et celle des ambassadeurs, juste en dessous du bureau du président Paul Biya. Cette proximité avec le bureau présidentiel et la nature sensible des documents volés font de ce cambriolage un acte loin d’être banal.

Une source commente : « Cela démontre une connaissance précise des lieux et des routines de sécurité, renforçant les soupçons de complicité interne. » Cette même source souligne l’importance stratégique du bureau de Mvondo Ayolo, ajoutant une couche de complexité à l’affaire.

Alors que les enquêtes se poursuivent, les révélations sur ce cambriolage continuent de susciter des réactions vives et des spéculations sur les implications potentielles. Ce fait divers, loin d’être anodin, soulève des questions sur la sécurité au sein de l’une des institutions les plus protégées du pays et sur les motivations des auteurs de cet acte audacieux.