togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Burkina Faso : Ibrahim Traoré devient président pour …

Burkina Faso : Ibrahim Traoré devient président pour ...

Le capitaine Ibrahim Traoré a signé une nouvelle charte qui établit une transition de cinq ans à compter du 2 juillet 2024, selon les informations rapportées par un journaliste de l’Agence de Presse Africaine (APA). Cette charte marque une nouvelle étape pour le Burkina Faso, en alignement avec les recommandations des assises nationales tenues le 25 mai à Ouagadougou.

Selon cette nouvelle charte, le président de la Transition, Ibrahim Traoré, devient le président du Faso et le chef suprême des forces armées nationales. Ce changement confère à Traoré des pouvoirs étendus et lui permet d’être éligible aux élections présidentielles, législatives et municipales prévues à la fin de la période de transition. Le Premier ministre et le Président de l’Assemblée législative de Transition (ALT) sont également autorisés à se présenter à ces élections.

Lire aussi : Ghana : Ace-Liam Nana Sam Ankrah nommé le plus jeune peintre du monde à 2ans (photos)

En plus de ces changements, la charte modifiée abolit les quotas au sein du gouvernement. Désormais, douze représentants de partis politiques de toutes tendances siégeront à l’ALT. La sélection des membres du gouvernement et des députés se fera en fonction de leur patriotisme, et leur nombre pourrait être augmenté si nécessaire.

Burkina Faso le gouvernement prend une decision de taille la corruption pourrait bientot

Le capitaine Ibrahim Traoré est arrivé au pouvoir en septembre 2022 à la suite d’un coup d’État contre le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, qui avait lui-même renversé le président élu Roch Marc Kaboré huit mois auparavant. Ce changement de leadership s’inscrit dans un contexte de crise sécuritaire sévère qui dure depuis près de dix ans au Burkina Faso.

Cette nouvelle charte et la période de transition qu’elle inaugure représentent un effort pour stabiliser le pays et préparer le terrain pour des élections futures. Reste à voir si cette stratégie permettra de surmonter les défis sécuritaires et politiques actuels du Burkina Faso.