togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Royaume-Uni : Les expulsions vers le Rwanda n’auront finalement pas lieu

expulsions vers le Rwanda

Fermement défendu par l’ancien premier ministre britannique Rishi Sunak, le programme anti-immigration prévoyant des expulsions vers le Rwanda ne sera jamais appliqué. Jugé trop couteux et peu efficace, le projet « Safety of Rwanda » a été révoqué par le fraîchement élu Keir Starmer.

Il n’y aura pas d’expulsions vers le Rwanda

Le projet de loi « Safety of Rwanda », n’a cessé de créer des remous au sein de la classe politique britannique et en dehors depuis sa première introduction par l’ancien premier ministre Boris Johnson. Son successeur en avait d’ailleurs fait une priorité avant que le programme ne soit adopté par les deux chambres du Parlement.

Fort de cette approbation, Rishi Sunak avait programmé alors les premières expulsions vers le Rwanda et 52000 demandeurs d’asiles ont notamment été sélectionnés pour un départ le 24 juillet 2024. Cependant, le premier ministre nouvellement élu préfère mettre fin à ce projet de loi qu’il ne trouve pas assez dissuasif.

En effet, l’un des objectifs du programme était de dissuader les migrants clandestins de débarquer sur les côtes du Royaume-Uni et il semblerait que cette méthode ne soit pas la bonne. À titre d’exemple, 13 500 personnes ont emprunté cette voie durant la première partie de l’année, et ce, alors même que les expulsions vers le Rwanda étaient encore possibles.

Lire aussi : Immigration clandestine : La traversée du Sahara serait plus meurtrière que celle de la Méditerranée

« Il n’a jamais été dissuasif. C’est presque le contraire, parce que tout le monde a compris, en particulier les gangs qui gèrent ce système, le risque d’être envoyé Rwanda était si faible, moins de 1 %, cela n’a jamais eu d’effet dissuasif », a déclaré Keir Starmer lors de sa toute première conférence de presse.

Un projet trop couteux

Selon l’actuel premier ministre britannique les expulsions vers le Rwanda seraient également trop coûteuses, car ces opérations nécessitaient des dépenses à hauteur de 169 000 £ (215 035 $) par personne. Ces frais seraient repartis entre le trajet du Royaume-Uni vers le Rwanda, l’escorte, l’hébergement de chaque demandeur d’asile et les frais juridiques.

Le Rwanda espérait également en tirer au moins un demi-milliard de livres pour la prise en charge des demandeurs d’asile sur son territoire, mais ce ne sera probablement pas le cas. « Le projet du Rwanda était mort et enterré avant même d’avoir commencé », a précisé Keir Starmer qui envisage de mettre en place d’autres moyens de dissuasion pour limiter l’immigration clandestine.

Le sort des 52000 personnes précédemment identifiées pour être expulsées reste par ailleurs en suspens suite à cette décision.

Lire aussi : Qui est Keir Starmer, le nouveau premier ministre britannique ?