togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Keir Starmer abandonne le projet d’expulsion des migrants vers le Rwanda

Keir Starmer abandonne le projet d'expulsion des migrants vers le Rwanda

Le nouveau Premier ministre britannique, Keir Starmer, a annoncé ce samedi son intention de ne pas poursuivre le projet controversé du précédent gouvernement conservateur d’expulser les migrants illégaux vers le Rwanda. Lors d’une conférence de presse après le premier cabinet du gouvernement travailliste, Starmer a déclaré que ce projet « était mort et enterré avant de démarrer ». Il a ajouté : « Il n’a jamais été dissuasif (…), je ne suis pas disposé à continuer avec des mesures gadgets ».

Lire aussi : Monnaie unique ECO : La CEDEAO confiante et enthousiaste pour son introduction prochaine

Début juin, l’ancien gouvernement dirigé par Rishi Sunak avait prévu de commencer les expulsions vers le Rwanda à partir du 24 juillet pour les migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni, indépendamment de leur pays d’origine. Cette politique était une initiative clé de Sunak pour combattre et décourager l’immigration illégale. Cependant, des obstacles parlementaires et juridiques ont empêché sa mise en œuvre, malgré un traité signé avec le Rwanda et un projet de loi correspondant.

keir starmer chef du parti travailliste au royaume uni photo sipa ap kin cheung 1720156319 1

La Cour suprême de Londres avait jugé l’année dernière que cette politique d’expulsion était illégale, car les migrants risquaient d’être renvoyés dans leurs pays d’origine, mettant ainsi leur sécurité en danger. Pour contourner ces objections et éviter de nouvelles contestations judiciaires, le gouvernement Sunak avait signé un nouveau traité avec le Rwanda, déclaré ce pays comme étant sûr et modifié certaines dispositions de la loi sur les droits de l’homme.

Avant même les élections, le Parti travailliste avait promis d’annuler ce traité s’il arrivait au pouvoir. Avec la victoire écrasante du Parti travailliste aux élections législatives de jeudi, Keir Starmer a confirmé cette promesse, marquant un changement de cap significatif dans la politique migratoire du Royaume-Uni.